L’acquisition d’un bien immobilier est toujours un investissement à long terme. Il permet de constituer un patrimoine dont le placement peut se révéler fructueux.

Pour assurer sa bonne gestion, le propriétaire peut le revendre ou le faire louer. Le choix est certes ambigu avec les nouvelles lois de défiscalisation. Mais avant de réellement se lancer il faut savoir peser le pour et le contre de ces deux recours. Lequel est le plus profitable ?

Les points forts et points faibles d’une vente d’immobilier

Quel que soit le projet, un propriétaire est parfois amené à vendre son bien immobilier. Cette opération présente des avantages, mais aussi des inconvénients.

Rentrée d’argent importante

En vendant son bien immobilier, le propriétaire peut gagner une somme d’argent importante d’un coup. Cela est intéressant si celui-ci a besoin de financer d’autre projet dans l’immédiat. Par exemple, le déménagement vers un autre pays ou l’acquisition d’un nouveau bien.

Gain élevé de plus-value et revente rapide

Le marché immobilier actuel tend vers une hausse des prix de vente alors que la demande est très forte. Dans ce contexte, la revente d’un bien immobilier permet de faire d’une pierre deux coups. Elle assure le gain d’une plus-value importante en fonction de son emplacement. Mais en plus, face à une demande accrue, le propriétaire peut revendre son bien rapidement.

Pas de taxe pour les immeubles de plus de 15 ans

Si le propriétaire possède un immeuble ancien, il est bien plus avantageux de le revendre. Pourquoi ? Actuellement, le système fiscal encourage les bailleurs d’immeubles avec un revenu élevé de revendre leur résidence principale détenue plus de 15 ans.

Dans ce sens, l’État ne leur taxe aucun impôt sur la plus-value. Finalement, cela est plus bénéfique que de le mettre sous location, car cette dernière engendre une fiscalisation plus coûteuse sur les revenus fonciers.

Délesté des charges administratives

La revente d’un bien immobilier permet également de se délester de charges encombrantes. Cela inclut non seulement les charges administratives liées aux locataires, mais aussi les divers coûts dont les dépenses pour les travaux de réaménagement.

Pas de transmission de patrimoine

Le revers de la médaille en revendant son bien immobilier se situe au niveau des descendants. Ces derniers ne pourront plus jouir d’une transmission du patrimoine.

Un risque de perte de valeur

Enfin, le cours du marché immobilier tend vers une stabilisation des prix. Le bien est susceptible de perdre de la valeur.

Les intérêts et les inconvénients d’une location

Dans le cas d’une mise en location, les intérêts semblent être avantageux en fonction du projet. Mais attention aux inconvénients.

Revenus complémentaires pérennes sur le long terme

En louant son logement, le propriétaire peut arrondir ses fins du mois ou encore ses pensions avec un revenu complémentaire. Pérenne sur le long terme, les loyers assurent une rentrée d’argent stable.

Source de financement

De par sa régularité étalée sur une longue période, les loyers acquis permettent au propriétaire de financer des projets secondaires.

Revenus fonciers hautement taxés

La mise en location d’un logement présente également des inconvénients. Lorsque la tranche d’imposition de 30 % est dépassée, les revenus issus d’une location sont taxés plus chers à hauteur de 45,20 %. Pour une tranche à 14 %, le taux d’imposition est de 30,25 % contre 55,40 % pour une tranche à 41 %.

Risque considérable de loyer impayé

La gestion des locataires est parfois pénible surtout au niveau des loyers impayés. Ce retard de paiement peut avoir des conséquences néfastes sur la rentrée d’argent.

 

En définitive, revendre son bien ou le mettre en location présente autant d’avantages que d’inconvénients. La meilleure solution reste de peser le pour et le contre en fonction de votre situation, des vos revenus et de votre bien.

Catégories : Non classé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *