Les ventes dans l’ancien ne cessent d’augmenter après une explosion du marché entre 2014 et 2017. En 2018, plus de 950 000 transactions ont été enregistrées sur ce type de logement. Qu’en sera-t-il pour l’année 2019 ? Découvrez dans cet article les évolutions du secteur immobilier de la dernière année et les prévisions.

 

L’exonération de la taxe d’habitation

Parmi les plus grands changements apportés pour 2019, il y a la suppression de la taxe d’habitation pour environ 80 % des Français. Cette réduction concerne aux résidences principales et s’étale sur 3 ans. Une première baisse de 30 % a été appliquée l’année précédente, puis de 65 % pour l’année 2019 et une exonération totale en 2020. Ce changement s’adresse aux foyers, dont le plafond de revenu fiscal de référence ne dépasse pas 27.000 euros pour une part, 35.000 euros pour une part et demi, 43.000 euros pour deux parts.

Toutefois, sachez que l’entrée en vigueur de la loi ELAN (l’Évolution du Logement, de l’Aménagement et du numérique) aura pour effet d’augmenter le coût de l’assurance pour un prêt immobilier. Les taxes sur cotisations d’assurance emprunteur vont alors concerner l’ensemble de ces cotisations et non plus sur une partie.

 

Un marché au taux assez bas

Les professionnels du secteur s’attendent à ce que les banques et les institutions financières proposent toujours un taux d’intérêt bas. L’année dernière, celui-ci était déjà proche de leur plancher, incitant les particuliers à investir dans l’immobilier.

Ces conditions de crédit semblent rester avantageuses en 2019, même si une nouvelle hausse est prévue pour la fin de ce premier trimestre. Cela peut provoquer un frein aux investissements si elle est trop importante. Toutefois, si le taux de prêt immobilier se stabilise à un seuil intéressant, cela permettra aux contribuables de continuer à investir dans l’ancien.

En ce qui concerne le marché du neuf, il n’y a pas de grands changements pour le prêt à taux zéro et sur la loi Pinel de 2019. Le seul changement sur ce dernier concerne la définition des zones éligibles au dispositif. Pour cette année, les villes de zone C et les communes de la zone B2 ne pourront plus bénéficier de la mesure Pinel.

 

Une évolution de prix en continu

La progression des prix de l’immobilier s’est stabilisée récemment, mais les observateurs prévoient une hausse conséquente pour la fin de ce premier trimestre. Toutefois, cette hausse n’est pas le même sur tout le territoire. Elle est plus élevée dans la région Île-de-France et les grandes villes. Mais il n’est pas exclu que les provinces connaissent son lot d’augmentation vers la fin de l’année.

De plus, avec le taux déjà extraordinairement bas, il est presque improbable que le niveau des ventes explose. Un arrêt des transactions n’est pas envisagé pour 2019, mais les ventes peuvent être légèrement moins importantes que les 2 dernières années. Les professionnels conseillent ainsi d’investir dès maintenant, car les prix ne risquent pas de baisser avant un bon moment.

 

D’après une étude réalisée par IFOP (Institut français d’opinion publique), 30 % des Français souhaitent devenir propriétaires dans les 5 prochaines années. Mais le prix élevé et la difficulté de trouver un financement restent les principaux freins à leur envie d’investir.

 

 

Catégories : Non classé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *